Les bienfaits de la stérilisation

C’est fait, vous avez acquis le chaton de vos rêves, un petit amour avec lequel vous aimeriez passer le plus d’années possibles. Or son entrée dans l’âge adulte avec sa sexualité et son cortège de manifestations gênantes, risque de perturber quelque peu votre idylle, c’est pour cela qu’il semble nécessaire de faire un tour d’horizon sur les moyens disponibles pour prévenir tout ça.

Pour les femelles : Pilule ou ovariectomie ?

La pilule des chattes est dangereuse car elle est beaucoup trop dosée en hormones. Ces gros dosages ont « l’avantage » de permettre une prise par semaine ou une prise par 15 jours, mais les risques de cancer mammaires seraient bien moins importants s’il existait une pilule très peu dosée et qui se donnerait tous les jours.

Les risques avec les pilules actuelles sont :

  • les tumeurs mammaires
  • l’épaississement de la muqueuse de l’endomètre qui conduit facilement à l’infection de l’utérus (métrite, pyomètre)
  • le diabète
  • l’hypocorticisme, car la pilule agit un peu comme une administration répétée de corticoïdes qui finissent par mettre la surrénale au repos par effet retour.
  • la prise de poids excessive
  • la dépression à cause de ses effets sur le système nerveux central.

Si l’on veut conserver le potentiel reproducteur de la femelle et que l’on n’a pas d’autre choix que celui de lui donner la pilule, voilà les précautions à prendre :
* Ne donner la pilule qu’à des femelles pubères adultes et ne commencer qu’en dehors des chaleurs (anoestrus).
* Ne jamais la donner sur des périodes de plus de 6 mois, sans suivi vétérinaire. Au-delà de 6 mois de traitement, montrer la femelle à un vétérinaire pour qu’il fasse une palpation de l’utérus et de la mamelle, un examen de la peau, de la face et des pattes ainsi qu’une cytologie vaginale. En tout état de cause ne jamais donner la pilule plus de deux ans à une femelle jeune et plus d’un an à une femelle plus âgée.

Les femelles non destinées à la reproduction doivent être stérilisées.

Les bienfaits de la stérilisation des femelles

* Sur les tumeurs mammaires
90% des tumeurs mammaires de la chatte sont des carcinomes mammaires, ce sont des cancers très agressifs qui ne laissent aux animaux pas plus de 6 à 18 mois de survie. Plus la chatte est stérilisée tôt moins la probabilité pour elle de développer des tumeurs mammaires sera élevée. Le mieux, et de loin, est de stériliser la chatte avant ses premières chaleurs, cela diminue les risques par 8 ou 10. Une fois que les tumeurs sont là la stérilisation n’a plus d’effet protecteur, mais quelque soit l’âge où elle est pratiquée on gagne sur le risque.
* En ramenant à zéro le risque d’infection de l’appareil génital
* En ramenant à zéro le risque de tumeurs ovariennes (certes assez rares) et le risque de kystes ovariens, beaucoup plus fréquents et parfois responsables de nymphomanie.

Les bienfaits de la castration des mâles

Les manifestations indésirables liées à l’imprégnation hormonale des chats mâles, comme le marquage urinaire, l’agressivité ou les fugues, font qu’il est préférable de faire castrer un chat mâle non destiné à la reproduction. Les propriétaires qui recherchent un matou qui ressemble à un vrai mâle (joues fortes, développement musculaire) feront opérer leur chat après la puberté, les autres peuvent le faire faire avant la puberté. On distingue la stérilisation précoce, qui est possible dès l’âge de 7-12 semaines (à condition que le chaton pèse plus de 900 grammes), et la stérilisation pré pubertaire pratiquée avant 6 mois.
Le risque anesthésique est d’autant plus élevé que le chaton est jeune, donc du côté de l’anesthésie une stérilisation pré pubertaire est préférable à une stérilisation précoce.
La stérilisation précoce se pratique aux Etats-Unis depuis plusieurs dizaines d’années et il n’a pas été mis en évidence d’impact sur le diamètre de l’urètre, par contre beaucoup d’études montrent que la castration précoce entraîne des différences anatomiques dans le développement du pénis, ce qui est un inconvénient pour réaliser un sondage urinaire, parce qu’il est plus difficile d’extérioriser le pénis. Mais cela n’augmente pas plus la fréquence des troubles urinaires occlusifs que lors d’une castration plus tardive.

Le chat de compagnie profite, en terme de santé, de la stérilisation, et la suppression des comportements indésirables renforce son intégration dans le foyer humain. Un chat stérilisé est bien moins fréquemment abandonné qu’un chat entier. C’est à nous ensuite de faire de la prévention des calculs urinaires chez le mâle quelque soit l’âge de la stérilisation et pour les deux sexes prévenir la prise de poids excessive. Pour cela il suffit de choisir une alimentation adaptée et de ne pas oublier de jouer avec votre chat, pour qu’il garde de l’activité. Mais je suis sûre que vous ne manquez pas d’imagination, ni votre chat d’ailleurs qui a plus d’un tour dans son sac.

Sophie LAUBY, vétérinaire